8:00 - 20:00

Disponible du lundi au vendredi

+33 1 85 73 56 66

Contactez-nous

Rechercher

Droit des entreprises en difficulté : des start-ups devenues plus résistantes

Alto Avocats > Actualité juridique  > Droit des entreprises en difficulté : des start-ups devenues plus résistantes

Droit des entreprises en difficulté : des start-ups devenues plus résistantes

Lights

Ces dernières années, deux idées reçues circulaient dans tous les milieux économiques : les défaillances d’entreprises progressent tous les ans et elles touchent surtout les start-ups dont la solidité économique ne serait pas suffisante. Des études récentes viennent battre en brèche ces idées reçues.

« FrenchTech » et « entrepreneuriat » pour remplacer « bulle internet » et  « Crise financière »

A l’opposé des dérives et des valorisations ubuesques du début des années 2000, le début des années 2010 semble avoir trouvé le bon équilibre entre explosion technologique et viabilité des modèles économiques.

Le début des années 2000 avait vu l’éclatement violent de la bulle internet qui avait engendré des défaillances en cascade dans les entreprises liées aux nouvelles technologies (fin 2003, + 74% par exemple).

Pourtant en 2014, seules 2,5% des entreprises liées aux nouvelles technologies ont mis la clé sous la porte, selon le Baromètre de Coface qui fait référence dans le secteur[1].

Comment expliquer ce redressement spectaculaire ? Plusieurs critères se conjuguent.

Les raisons de la survie des startups : + d’anticipation, + de fonds

Tout d’abord et à la différence des autres entreprises, les start-upeurs ont parfaitement intégré « l’obligation du pivot ». Ce terme bien connu du monde de la nouvelle économie leur permet de réadapter en permanence leur entreprise en se construisant en adaptation permanente, un modèle lean adapté à tout le secteur.

Le filtre efficace des investisseurs

Par ailleurs, les start-upeurs n’hésitent plus à soumettre leurs idées à des experts, des pairs ou des anonymes à l’occasion de rencontres et de conférences dédiées. Le filtre des investisseurs est très efficace car les entrepreneurs qui n’ont pas réfléchi à la perennité de leur entreprise ont peu de chances de convaincre des investisseurs.

La régularité des fonds investis dans les start-ups

Même si selon l’étude de la Coface, la France est un terreau fertile pour les start-ups, des progrès restent à faire en matière de financement (http://www.coface.fr/Actualites-Publications/Publications/Developpement-des-start-ups-quelles-sont-les-cles-du-succes)

A titre de comparaison, 12,4% des fonds de capital-risque allemands investissent dans des startups contre 2% des fonds français (8% en moyenne en Europe).

De même, les investisseurs privés sont toujours moins présents en France (8000) qu’en Angleterre (25 000) aux boards des startups.

Pourtant, de nombreuses nouvelles solutions s’offrent aux start-ups françaises pour soutenir leur activité : les plateformes de crowdfunding et les aides publiques sont particulièrement bien organisées en France. Si l’on y ajoute les récents efforts du Gouvernement pour la filière numérique et les plans en faveur du développement de la FrenchTech, les start-ups françaises peuvent espérer récolter des fonds plus importants, étant donné la frilosité des investisseurs pour les secteurs plus classiques (industrie, services) en constante régression.

Un droit sur mesure pour les entreprises en difficulté

Autre point fort du système français, son droit des entreprises en difficulté qui fait référence sur la place mondiale. Le grand basculement du droit français vers un droit préventif grâce à la loi de Sauvegarde de 2008, inspirée du Chapter 11 américain, se poursuit.

Après la création de la conciliation, du mandat ad hoc, de la sauvegarde, de la sauvegarde financière accélérée, le droit français s’est doté d’outils plus adaptés grâce à l’ordonnance de mars 2014 pour la prévention des difficultés des entreprises[2]. En rééquilibrant la procédure et en favorisant encore la prévention, le droit français est aligné sur cette obligation de pivot des start-ups : anticiper pour survivre.

 

 

 

[1] Baromètre Coface, février 2015

http://www.coface.fr/Actualites-Publications/Publications/Evolution-des-defaillances-d-entreprises

[2] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028720025&categorieLien=id

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Top